Responsabilité sociétale

Égalité des chances :
une ouverture, une opportunité

Ouverture sociale et égalité des chances. Pour Mines Nancy, ce défi se relève sur le terrain. L’objectif : permettre aux élèves méritants d’intégrer une filière d’excellence en créant des passerelles entre l’enseignement secondaire, l’enseignement supérieur et le monde professionnel.

Plus près

Trop de jeunes talents, pourtant prometteurs, se détournent des formations d’excellence, par méconnaissance ou crainte de ne pas pouvoir financer leurs études. C’est ce constat qui a incité Mines Nancy à relever le défi de l’ouverture sociale. Privilégiant le travail de terrain et la proximité, elle a d’abord constitué un réseau de solidarité réunissant des membres de l’École et des associations étudiantes. Et ce réseau s’est dans un premier temps mobilisé pour mettre en place un programme de sensibilisation à destination des collégiens et des lycéens. L’idée a ensuite fait son chemin.

Plus loin

En 2010, l’Ecole s’est associée, avec ses partenaires de l’ICN Business School et de l’École Nationale supérieure d’art de Nancy, à l’opération des Cordées de la Réussite, label créé en 2008 pour promouvoir l’égalité des chances et la réussite des jeunes issus des quartiers « Politique de la Ville ». Unique en France par sa transdisciplinarité, la cordée a vu progressivement gonfler ses effectifs : « Artem-Nancy, Ensemble vers la réussite » - c’est son nom - mobilise aujourd’hui 80 étudiants des 3 écoles et 70 professionnels et s’affirme comme l’une des 5 plus importantes cordées françaises. Un succès, qui a valu à ses initiateurs de coorganiser les 28 et 29 novembre 2012 à Nancy, sur le campus Artem, les premières Assises Nationales du mouvement.

L’éthique en tête

A Mines Nancy, l’éthique est au coeur des enseignements dispensés aux élèves parce qu’elle sera un jour au centre de leur vie de leaders responsables et humains.

Sens critique

Les décisions prises par un manager engagent non seulement l’avenir de son entreprise mais elles ont aussi des conséquences sur son environnement, naturel, économique et sociétal. Et cette responsabilité particulière appelle une sensibilisation aux enjeux et mieux une éducation au jugement... autrement dit au sens critique, une nécessité en démocratie.

Sens aiguisés

Autre constat...On ne peut agir dans le monde sans le comprendre ni s’ouvrir à lui. C’est là que l’enseignement des humanités prend tout son sens. Musique, beaux arts, littérature, histoire, philosophie, droit... sont là pour apporter à l’élève ingénieur la bouffée d’oxygène propice à son accomplissement. Une ouverture humaniste que l’école revendique comme un devoir : celui d’éclairer ceux qui demain auront en mains les leviers de l’action et de pouvoir.

« Nos élèves sont en général issus des classes préparatoires aux Grandes Écoles, de nature scientifique et le retour à un mode d’enseignement plus diversifié constitue pour eux une véritable bouffée d’air frais. Un enseignement où la musique, les beaux arts, la littérature, l’histoire, la philosophie, le droit... retrouvent une place naturelle aux côtés des enseignements scientifiques et techniques et qui permet d’accélérer ce processus d’oxygénation. »

Une inspiration durable

Économiser les ressources, maîtriser l’énergie, réduire l’impact de l’activité industrielle sur l’environnement, la santé ou le bien-être des citoyens... Autant de questions que le développement industriel doit aujourd’hui intégrer dès l’amont. Autant de thématiques qui s’imposent à un futur ingénieur.
Tirant parti des avancées scientifiques et méthodologiques les plus récentes, l’École a choisi d’intégrer dans ses enseignements des disciplines « à responsabilité ajoutée » comme l’analyse de cycle de vie et l’écologie industrielle.

Partie intégrante de ses programmes, les thématiques du développement durable irriguent notamment le département d’enseignement « Procédés Énergie » et l’Atelier Artem « Environnement et Développement Durable ». Mais l’École s’attache à ce qu’il inspire aussi l’ensemble de ses activités, comme en témoignent ses réflexions en matière de mobilité partagée ou d’efficacité énergétique.